PROMETEUS / Eurochemic, (Mol, Antwerpse Kempen)

dans le cadre de l’exposition TraumA de la Triennale de Bruges pour l’art contemporain 2021.

L’événement intitulé "Prometeus / Eurochemic, Mol (Antwerpse Kempen)" aura lieu le jour de l’ouverture de l’exposition TraumA à la Triennale de Bruges 2021https://www.visitbruges.be/nl/trien... & https://triennalebrugge.be/, dans l’une des salles du Poortersloge du Musea Brugge, à Dijver 12 , 8000 Bruges (Belgique) le 8 mai 2021, de 10h à 22h30. Ce sera un "événement" sous la forme d’une conférence audiovisuelle performative et d’un "Statement".

"Le petit salon de Mol" (+/-) 1966, gouache/papier, 34,7x39,7cm

video still

PROMETEUS / Eurochemic (Mol, Antwerpse Kempen)

L’événement intitulé "Prometeus / Eurochemic, (Mol, Antwerpse Kempen)" sera présenté à l’exposition TraumA à la Triennale de Bruges le 8 mai 2021 https://triennalebrugge.be/, de 10h à 22h30. Cet événement aura lieu le jour de l’ouverture de la Triennale de Bruges, dans l’une des salles du Poortersloge du Musea Brugge, à l’adresse Dijver 12, 8000 Bruges (Belgique)

l’évènement fera figure d’introduction d’un projet de plus longue haleine et sera aussi sa première forme, notamment celle d’une installation vidéo temporaire et d’une conférence performative évènementielle audiovisuelle... Il s’agit donc d’un projet ayant l’ambition de s’agrandir, de se développer, et d’intervenir dans d’autres sites ultérieurement.

video stills

Après TraumA, il est aussi prévu d’intervenir dans le Centre Culturel De Spikkerelle à Avelgem, à la Cultuurhuis Merelbeke, à l’exposition PASS à Mullem et en été 2021, dans l’exposition intitulée Heimat au Jakob Smitsmuseum à Mol. Si ces dernières informations sont évoquées, ce n’est que pour insister sur le fait que le processus de travail concernant „Prometeus / Eurochemic, (Mol, Campine anversoise)" est un evenement en amont de tout un ensemble d’expositions dans différents lieux de culture et d’art en Flandres et sera donc à percevoir comme un acte innaugural et symbolique face au public, un statement.

images vidéo

• Contenu du projet

L’événement est basé sur des faits autobiographiques.

Lors de la rénovation de notre maison familiale, j‘ai sauvé in extremis un grand lot de classeurs qui allaient être jeter dans un container et qui provenaient d’une cave très humide. Il s’agissait de dossiers partiellement détériorés recouvrant toute la vie professionnelle de mon père.

Mon père vit aujourd’hui à Madrid, il est un ingénieur chimiste, spécialisé dans l’energie nucléaire et plus précisément ayant travaillé de 1959 à 1970 dans le département de la recherche de la compagnie Eurochemic dans le retraitement de combustibles irradiés des réacteurs nucléaires, à Dessel, à proximité de Mol. Il a été ensuite sous contrat comme directeur de la division du développement de „saveguards“ pour l’utilistation de l’énergie nucléaire à des buts pacifiques à la IAEA (International Atomic Energy Agency) à Vienne, en Autriche dans les années de 70 à 76. Il a été un des experts a devoir réflechir et décider au niveau technique comment „colmater“ la ruine de Tchernobyl après la catastrophe.

images vidéo

J’ai dans mon atelier une centaine de dossiers avec lesquels je suis occupé à réaliser une importante mise en archive. Dans un premier temps, je filme, feuille par feuille, tous les dossiers, ce qui constitue un travail colossal et cela dans l’espoir de garder une trace de ce travail qui retrace plusieurs décénnies, donc de 59 à la fin des année 80. J’obtient ainsi des heures et des heures de plans séquences. Il s’agit pour moi comme un travail d’archéologue, de façon métaphorique et littérale, comme si je me trouvais devant des hiéroglyphes indéchiffrables et que je les présentais non déchiffrés au public en signe de désarroi, mais aussi dans l’espoir qu’un jour cela puisse servir à quelque chose. Il s’agit aussi donc de la quête d‘un chercheur qui est perdu, qui ne comprend pas et qui présente son enigme au public...

MOLecula, huile sur toile, 2020

« Moleke »
2018, huile sur toile, 211,5x228cm

C’est donc de cela que parlera cet évènement audio-visuel. Je serai assis devant une table de laboratoire, entouré par cet ensemble de projections vidéo qui seront à l’arrière-plan de la scène, comme un paysage visuel en perpetuel mouvement, page par page, comme s’il s’agissait de l’effeuillage d’une plante, d’un arbre.
Autour de moi, la masse de dossiers sera montrée, rangée sur des étagères métalliques et sous des vitrines. Je serai habillé d’un tablier blanc de scientifique (comme celui de mon père en son temps). Je parlerai étrangement de tout autre chose, notamment de souvenirs de mon enfance insouciante, à Mol dans les années soixante, souvenirs qui seront transmis oralement, mais aussi au travers les sujets traités dans une série de peintures à l’huile qui seront accrochées aux murs.

Cette performance parlera de la question du transfert d’une expérience et d’un savoir et met en garde contre l’oubli.

Indépendamment de l’aspect testimonial et personnel de l’ensemble, „Prometeus/Eurochemic, (Mol‚ Campine anversoise) “ a l’ambition, comme son intitulé mythologique le suggère, d’induire une réflexion plus universelle sur l’être humain et son environnement au travers la representation de l’esprit du temps et de l’idéologie d‘une époque, celle des années 60.

Sur plusieurs écrans, des projections vidéos seront mises, côte à côte, montrant des mains tournant des pages et des pages (feuilles qui se détruisent la plupart du temps) et montrent la quantité de travail et d’intelligence scientifique déployée au jour le jour pour la mise-en-place d’une technologie très complexe pour obtenir de l’energie non-stop à bas-prix, mais aussi donc, d’une technologie qui laisse derrière elle des conséquences millénaires...Il s’agit donc d’un Evènement qui interroge notre conscience à l’ère de l‘Antropocène.

C’est un flash-back, car il parle d’une époque révolue, et avec elle une question toujours d’actualité, sur une matière radioactive depuis des milliers d’années, donc une éphémère qui dépasse complètement l’échelle humaine.

L’être humain, tel un apprenti sorcier, a réussi à reproduire l’energie puissante et brutale du soleil, et cela sur Terre, en divisant avec succès un noyau atomique et en générant une réaction en chaîne sous contrôle. Mais l’être humain ne pourra jamais tout contrôler et en l’occurence les conséquences de son acte ... Tel Prométhée volant le feu sacré de l’Olympe pour le donner aux humains. Irrité par cet acte infidèle, Zeus le condamne à être attaché à un rocher dans le Caucase, son foie se faisant dévoré chaque jour par l’aigle du Caucase, et se reconstituant systématiquement pendant la nuit. Son mythe reflète la notion universelle de l’ambiguïté du feu, de « l’ami dangereux », au fond Prométhée est à la fois prévoyant, comme son nom l’indique étymologiquement, mais imprudent, utile mais dangereux, ambigu et fondamentalement paradoxal.

_about

Emilio López-Menchero, artiste espagnol vivant à Bruxelles.

_contact

Emilio López-Menchero
Atelier : 25 rue Ransfort, 1080 Brussels
e-mail : emiliolmenchero@gmail.com

_réseaux